Historique

La Société Protectrice des Animaux du Locle existe depuis le 13 mai 1946, avec toujours le même objectif, venir en aide aux animaux et sensibiliser l’être humain pour un meilleur  respect de l’animal.

Un regard sur le passé :

Sans titre

Dans les archives en notre possession (1955-1963), nous avons pu constater que nos prédécesseurs avaient fourni un énorme travail de sensibilisation et surtout que de nombreuses plaintes avaient été déposées auprès du Procureur général. Nous en avons retenu deux, notamment contre :

– Un particulier qui détenait des écureuils (gibier protégé par la loi) en captivité dans son appartement, en 1958. Le tribunal considéra toutefois que les écureuils achetés dans une oisellerie n’étaient pas protégés par la loi et que par conséquent l’intention n’avait pas été de violer la loi.

– Une personne ayant été vue tirant au moyen d’une carabine à plombs sur une poule d’eau qui s’était posée au lieu-dit « La Baigne », en 1959-60. L’animal s’était envolé sans savoir s’il avait été atteint ou non.  La carabine fut confisquée par la police et le prévenu condamné à une amende.

Nous avons également retrouvé l’article publié en avril 1958 par le président, M. G. Bobillier, dans le journal local, sous le titre : Pâques fleuries et poussins colorés.

 « On peut voir dans la devanture d’un magasin de la ville, une collection d’œufs de dinde dans une couveuse. L’idée de montrer à chacun l’éclosion de l’œuf et la naissance du jeune animal, est en elle-même sympathique. Ne nous présente-t-elle pas, en effet, un raccourci, une préfiguration de la grande éclosion printanière que nous attendons tous, ce renouveau de la nature qui prélude aux beaux jours ?

Pourquoi alors farder cette fraîcheur par une grossière mascarade de poussins multicolores ? La recherche du sensationnel va-t-elle jusqu’à déguiser en clowns d’innocentes victimes ? Nous protestons contre cette insulte à la nature et espérons que cette exhibition de mauvais goût cessera au plus vite. »

Et sur le présent :

ferme

Depuis sa création, la SPA du Locle  a toujours été très active dans la commune du Locle et son district. Les différents présidents qui se sont succédés à la tête de la société ont apporté de nombreuses améliorations au refuge, soit : eau courante, eau chaude, agrandissement du refuge, des boxes et parcs extérieurs et finalement achat de nouveau locaux pour la chatterie.

L’équipe en place aujourd’hui ne peut qu’être reconnaissante à l’égard de toutes ces personnes qui ont œuvré pour le développement de la société et le bien-être des animaux.

Toutefois, bien que la loi sur la protection des animaux ait progressé depuis la création de la SPA LE LOCLE, les moyens dont nous disposons pour intervenir semblent au contraire avoir régressé. En effet, dans les cas de mauvais traitements, seul l’Office Vétérinaire Cantonal (OVC) est compétent et hélas bien souvent aucune suite n’est donnée, tel que dans les deux cas suivants qui nous tiennent particulièrement à coeur :

Deux chiens détenus dans des conditions inacceptables, laissés dans leurs excréments dans de petits boxes, ou détenus dans l’obscurité dans une écurie ; aucune sanction pour le propriétaire.

hiOu ce pauvre berger allemand attaché  24 heures sur 24 à un câble relié au camion et à la niche près de la maison, pas d’ombre et avec un gros cadenas au collier. Réponse de l’OVC : Bien que cela ne soit pas la panacée pour le chien, les conditions de détentions minimales sont respectées. De ce fait nous ne pouvons rien exiger de plus pour le moment.

his